mer­credi, 20 novem­bre 2013 13:40

De la forge au salon

Guy Pen­danx en plein tra­vail.

Pour le Salon des pro­fes­sion­nels et des métiers d’art qui se tient ven­dredi, samedi et dimanche, à Sainte-​Colombe, Sophie Tour­ret — qui organ­ise la man­i­fes­ta­tion pour la troisième année con­séc­u­tive — a souhaité créer deux événe­ments autour des 32 artistes et arti­sans regroupés au hall des sports.

Au coté de Jean-​François Devineau, sculp­teur sur glace, elle a con­vié Guy Pen­danx de Pouil­lon, un arti­san fer­ronnier expert du XVI­IIe siè­cle, qui installera sa forge à quelques mètres du chapiteau du sculp­teur sur glace.

La bib­lio­thé­caire de Sainte-​Colombe, qui axe tou­jours son tra­vail sur les savoir-​faire et leurs trans­mis­sions, a souhaité associer le feu et la glace. Guy Pen­danx, Meilleur Ouvrier de France dans la caté­gorie fer­ronnerie d’art en 1994 et dans celle des métiers de la forge et de l’industrie en 2007, est un véri­ta­ble artiste animé par la volonté de trans­met­tre son métier et ses ses secrets.

Entre­prise du patrimoine

Son ate­lier a été reconnu Entre­prise du pat­ri­moine du vivant et il a pour pro­jet d’ouvrir un musée vivant de la forge et de l’outil dans sa ville où sont instal­lées ses trois forges. Il maîtrise avec vir­tu­osité les tech­niques tra­di­tion­nelles et tra­vaille indif­férem­ment le cuivre, l’étain, et le fer. Ce dernier métal a fait sa répu­ta­tion qui a large­ment débordé les fron­tières françaises. Il tra­vaille pour une clien­tèle inter­na­tionale, soit des par­ti­c­uliers, soit des entre­prises privées ou publiques. Celui que l’on surnomme « le Mozart de la forge » réalise le plus sou­vent des œuvres uniques comme la rampe de l’escalier de l’ancienne fau­con­nerie du château de Ver­sailles et celle de l’escalier d’honneur de l’hôtel Ritz à Paris. Il restaure régulière­ment des por­tails de châteaux prestigieux.

À Sainte-​Colombe grâce à sa forge, ce per­fec­tion­niste, qui accueille sou­vent des sta­giaires aux­quels il trans­met ses savoirs, mon­tr­era au pub­lic avec son marteau et son enclume toutes les étapes de son tra­vail avec le secret espoir de sus­citer quelques voca­tions parmi les jeunes vis­i­teurs, lui qui, à 7 ans, fasciné par le tra­vail de son voisin forg­eron, avait décidé d’en faire son métier.

Lu 1364 fois Dernière mod­i­fi­ca­tion le lundi, 16 février 2015 11:46

Lais­sez un commentaire

Assurez-​vous d’indiquer les infor­ma­tions oblig­a­toires (*).
Le code HTML n’est pas autorisé.

Charte des M.O.F.

Sites offi­ciels

Let­tres d’information

logo basdepage

RSS Facebook Twitter Google+ You Tube Picasa


groupe-de-MOF

Con­nex­ion
x
S’inscrire
x

Vous êtes ici : AccueilGroupe­ments des Lan­des — De la forge au salon

crs mof3oct2016